L'Historie

finestrat

Finestrat a accueilli de nombreuses cultures tout au long de son histoire. Sa proximité avec la côte et ses voies de communication, en font un pôle d'attraction pour l'installation de diverses civilisations méditerranéennes, comme pour les immigrants du centre et du nord du continent européen.

Toutes les civilisations anciennes ont laissé leur empreinte dans ce village qui se développe au bord de la mer. Pour elles, à chaque passage, dans chaque coin, dans chaque rue et dans chaque maison on peut observer l'héritage de leurs encêtres.

20 siècles d'histoire

Les premiers signes de colonisation de Finestrat peuvent avoir 20 milles ans d'anciénneté. Il s'agissait de groupes de chasseurs paléolithiques supérieurs qui habitaient les grottes et abris de la sierra Cortina, à côté du lieu connu comme Racó de Les Bastides. Bien que l'on n'ait pas pu le constater, on pense qu'il pouvait également y avoir des colonies de ce type dans les grottes et abris du Puig Campana.

Malgré que l'on n'ai pas trouvé de peintures rupestres qui confirment la présence humaine durant le néolitique, Finestrat est par son emplacement, une zone de passage vers la montagne d'Alicante où les premiers agriculteurs ont dû s'implanter autour de ces terres.

Les colonies sont constantes de l'âge de bronze dans les versants méridionaux du Puíg Campana, comme d'autre colines autour, qui permettent la possibilité de profiter des ressources hydriques pour la cynégitique de la zone et la culture des céréales. Finestrat fut le lieu idéal pour l'implantation de villageois, de plus les collines apportaient une grande visibilité des alentours.

Ibèriens et Romains (Deux cultures qui laissent des traces)

Les espagnols se sont adaptés à une culture Méditérranéenne ancienne plus avancée. Ils connaissaient l'écriture, s'étaient installés dans des territoires organisés avec une structure politique et ils forgeaient une monnaie comme forme de paiement.

Cette culture a perduré du VIème siècle jusqu'au Ier siècle avant Jésus Christ, lorsque s'est produit le processus de romanisation. A Finestrat, des restes de cette culture ont été localisés dans l'enceinte du Castell (église) dans le Tossal des Bastides et dans le Tossal de la Cala. Les sites archéologiques très anciens, aux environs du IVème siècle avant Jesús Christ, se trouvaient à l'intérieur des terres, alors que le Tossal de la Cala date des Ier et IIème siècle avant Jesús Christ.

Toutefois, dans ce lieu on peut observer des restes de maisons d'un village, creusées dans la terre depuis des décénies.

Á côté du village ibérien de la Cala, on en a trouvé d'autres d'origine romaine, de l'époque du grand empire. Dans cette colonie, située près des petites arènes, on a construit une entreprise dédiée à la salaison des poissons (pour leur conservation).

En plus de ce peuple, on connaît aujourd'hui 3 villes romaines supplémentaires, à proximité de Finestrat, dont les habitants se dédiaient à la production de vins, d'huile et de céréales. Dans les restes de ces villes on a trouvé des mosaïques qui démontrent l'activité artistique et culturelle continue que l'arrivée des romains a entrainé pour cette zone.

Epoque médiévale

Comme le reste de la province, Finestrat est passé de la culture arabe à la conquête chrétienne.

La décadence romaine coïncide avec la culture islamique. On n'a pas de documents de la période comprise entre le IVème et IXème siècle après Jésus Christ. À partir de cette date, nous avons trouvé des premiers restes archéologiques. Les noms tels que : la Alhambra, Almassil et Alfarelles donnent la preuve irréfutable de l'influence de la culture arabe de cette zone.

Grâce aux écrits d'un vieil arabe du dèbut du XIIIème siécle, on a constaté l'existance d'un palace à Finestrat. C'est la référence documentaire la plus ancienne de l'appellation d'origine du village.

C'est aujourd'hui que nous avons le plus de documents de cette époque, et c'est pour cela  que l'on sait l'emplacement du Castillo (Château) cité dans plusieurs textes du XIIIème siècle, "Hins" almohade (dynastie) qui a été conquis par Jaime I, et épicentre de l'ultime retour de Al-Arrak, d'où a été ordonné sa démolition.

Dans les années 1280, Pedro III, fils de Jaime I octroie Carta Puebla à Finestrat. Depuis 1336 nous connaissons l'existence d'une église située dans l'enceinte du Castell, avec un unique prêtre qui célèbrait la messe tous les dimanches.

A partir de ces dates, Finestrat et ses habitants font l'objet d'héritages de nombreuses familles royales de l'époque. En 1513, le pouvoir passe aux mains de Juan Coloma, Conte d'Elda et en 1612, il fait partie des possessions de Fernando Pujades et Borja, Conte de Anna.

 Du XVIIIème au XIXème siècle

El Castell fut démoli et reconstruit au milieu du XVIIIème siècle, c'est pourquoi nous avons des documents d'un voisin de la Vila, qui fut emprisonné dans les oubliettes du château de Finestrat dans ces années là.

Autour des XVIème et XVIIème siècles on a eut des documents au sujet de l'existance d'une tour aux abords de La Cala. Ces enceintes fortifiées évitent les pillages des pirates qui tournent autour de la côte et qui sont à l'origine des fètes de Moros et Cristianos. Les habitants des petits villages alentours descendaient vers la côte pour la défendre, et c'est à partir de là que Finestrat réclama une partie de la côte, pour récompenser ceux qui aidèrent à la protéger.

C'est à ce moment que l'église de San Bartolomé s'est consacrée à la construction d'une muraille pour le village selon un ordre de fabrication. Après la construction du temple le village s'est agrandi vers l'ouest, avec la création de la rue Mayor et son union à la rue Hostan, défini en ces dates comme 2 espaces qui, sans nul doute, ont laissé une trace dans la physionomie urbaine.

Ainsi, les rues avoisinantes el Castell(église) jusqu'à la rue Nou, place du peuple, place de la Torreta et rue de la Penya, correspondent aux premiers noyaux de maisons situées dans le versant septentrional de la colline où s'est modernisé el Catell (église) et qui s'est développé depuis l'époque médiéval jusqu'au modernisme.

Un deuxiéme anneau d'expansion urbaine, correspondant à la zone du Hostal, qui est défini par la Carrer Major, Carrer Forn Alt, Carrer Carnisseria, Carrer de la Olla et Carrer Sant Bertomeu jusqu'à El Mirador. Il est possible que ce noyau se soit développé à partir des XVIIème et XVIIIème siècles, et que des vestiges existent dans le sous-sol de quelques maisons.

Le reste du noyau urbain de Carrer del Hostal et de Carrer Puig Campana a dû être reconstruit à partir des XVIIème et XVIIIème siècles, pour démontrer le fait que la rue parallèle à Carrer Major s'appelle Carrer Darrere Casses, et que el Carrer de l'Hort serait le chemin qui ménerait vers la plaine. La derniére expansion urbaine du XXème siécle dans la zone septentrionale du quartier urbain, a donné lieu au peuple actuel.

Depuis 1797, la municipalité fut visitée par Don Antonio  Josef Cavanilles, qui dans son oeuvre "Observations sur l'histoire naturelle, la géographie, l'agriculture, la population et les frutos de Reyno de Valence" a souligné la manufacture d'esparto (chaussures) d'une population de 476 personnes.

À la fin du XIXème siècle et au début du XXème, l'industrie de plâtre était très importante. Il ne faut pas oublier que le village est implanté sur une colline de plâtre, et on trouve encore sur les versants des restes de fours qui ont appartenus à cette industrie.

El Castell de Finestrat

Dans la zone la plus haute du village, on trouve un bâtiment appelé Castell, une fortification de l'époque de la dynastie qui apparaît dans de nombreux documents datés du XIII siècle, et qui fut conquis par Jaime I. Actuellement on ne peut pas observer les constructions qui peuvent être en relation avec le château islamique, et qui a souffert de nombreuses transformations pendant toutes ses années. Néanmois, les restes du château demeurent dans le sous-sol et ce qui a été préservé dans l'enclave défensive: une vue qui s'étend de la côte jusqu'à la ville d'Alicante.

L'église de Sant Bertomeu

L'église paroissiale de Finestrat a construit, selon un ordre de fabrication, le 24 Août 1751, une muraille en l'honneur de San Bartomeu (patron de la commune). Sa construction devait commencer au milieu du XVIIème siècle, compte tenu de la céramique récupérée dans la crypte de l'église.

De style baroque, sa façade lisse et austère, a été influencée par les premières mesures apparues au néolitique. 

L'ermitage du Christ du Remei

Placé dans la même enceinte qu'el Castell, où les textes parlent d'une petite église construite après la conquête des armées chrétiennes. A l'origine, il s'agissait d'une modeste chapelle qui constituait la dernière station de un Via Crucis, où on veillait à l'image du Christ crucifié qui fut déplacé jusqu'à l'église. En 1925 la façade de ce petit ermitage fut construite avec certains éclats modernes mais en toute simplicité.

La tour

Déclarée d'intérêt culturel, on trouve la tour dans une zone proche du noyau urbain. L'enceinte fortifiée de l'époque de la dynastie date du XIIème siècle. Il s'agit d'une construction quadrangulaire de 8 mètres de long réalisée en tapial de mortero de cal (revêtement de façade blanc). Il devait y avoir une hauteur considérable d'environ 10 mètres, qui jouait certainement une grande importance en ce qui concerne la défense des habitants.

La source de Molí

La source de Molí est la plus importante de toutes les fontaines de Finestrat. Les premières ordonnances, qu'on connaissait pour la régulation de ces eaux, datent de 1851, bien qu'aujourd'hui elles soient régies par les ordonnances établies en 1926.

La source de Molí a 15 tuyaux, dont celui du milieu est le plus grand de tous avec un débit de 20 litres par seconde, selon la moyenne établie dans les dernières années. Sa construction inclue un aqueduc sous-terrain, galerie ou source souterraine qui partent depuis la source où coulent les eaux en direction latérale du Barranc del puerto ou Barranque del Molí, et d'autres aqueducs souterrains qui, en partant du même précipice dans la même direction transversale, se termine dans la partie latérale gauche, où se trouve une galerie souterraine de 300 mètres.

De l'époque islamique, on conserve encore des morceaux de l'aqueduc qui alimentait les moulins que l'on pouvait observer dans les environs.

L'Historie

  • Font del Molí
    Font del Molí
  • Ermita
    Ermita
  • Iglesia
    Iglesia
2011 Ayuntamiento de Finestrat.